Poésie & Théatre

Cette sélection n'est pas exhaustive, vous cherchez un titre qui n'apparaît pas? n'hésitez pas à nous appeler au 0596.71.10.08 ou à nous écrire à librairie@kazabulmartinique.fr
  • Dans leur conquête du Nouveau Monde, les Européens font venir des esclaves d'Afrique. Sous le crime contre l'humanité va fleurir un des phénomènes culturels les plus féconds de l'Histoire, la créolité. Par centaines, des genres musicaux originaux naîtront pendant plusieurs siècles sur plusieurs continents, définissant la majeure partie de notre paysage musical contemporain - biguine, bossa-nova, calypso, chachacha, dancehall, danzón, forró, gospel, jazz, kompa, mambo, merengué, milonga, morna, negro-spiritual, ragamuffin, reggae, reggaetón, rocksteady, salsa, tango, zouk...
    Toutes ces musiques ont en commun de n'être ni africaines ni européennes, ni seulement noires ni seulement blanches, ni seulement dominatrices ni seulement opprimées. Leur commune origine historique les unifie plus que tout autre caractère : elles sont créoles.

  • Le Cahier de Césaire, ce poème fondateur de la négritude, est celui d'un voyage de retour au pays natal, la Martinique. Il constitue un discours à la fois obsessif et fermé, ouvert et polysémique. Les étudiants et le public en général trouveront dans ce volume une présentation des principaux mouvements anthropologiques et des thèmes du poème, une biographie d'Aimé Césaire, un contexte socio-historique de l'oeuvre et une lecture à vol d'oiseau du Cahier.

  • Enfant silencieux jusqu'à six ans, Léon Gontran Damas quitte bientôt la Guyane pour la Martinique, puis Paris. C'est là que ce jeune homme libre, amateur de jazz, va rencontrer Césaire et Senghor.
    Les trois poètes révolutionneront la poésie, en inventant la négritude ; la défense des valeurs des peuples noirs.

  • autochtonie

    Daniel Pharose

    L'autochtonie est un statut d'homme libre sans moyen. Cet homme-là évolue dans un cadre où l'on décide de tout pour lui, et où il est seulement en mesure de prendre ce qu'on daigne lui accorder.
    Ainsi, en Martinique, l'indépendance est un concept qui fait rêver.
    Selon l'endroit où l'on est, selon le côté du miroir où l'on se trouve, on devient l'autochtone de l'autre. Tantôt résistant, tantôt soumis face à cette recherche perpétuelle de liberté qui existe en chacun de nous.

  • La poésie de Jeanne de Kermadec est empreinte de lyrisme et d'exaltation - des paysages, de la nature, des sentiments. On trouve dans ses vers, implicitement ou explicitement, une dénonciation des injustices, des iniquités de la société créole, héritière des préjugés sociaux et raciaux du colonialisme esclavagiste. Certains poèmes sont également l'évocation d'un passé douloureux, celui d'une jeune fille de bonne famille qu'on empêcha d'épouser l'homme aimé, dont elle eut pourtant deux enfants nés hors mariage (l'un mourut avant ses deux ans). Avec pudeur et subtilité, la poétesse ne peut que nous émouvoir. Véritable peintre de la Guadeloupe, de la société de son époque, Jeanne de Kermadec dresse des tableaux évocateurs et délicats.

  • Comment parler de transport collectif dans des pays (Martinique, Guadeloupe) où plus d'un habitant sur deux est assis seul derrière son volant ? Les voyageurs de Tonbé-lévé : en autobus, taxicos, cars, ou du grand lotobis du TCSP, sont largement moins nombreux que les automobilistes. Ils constituent la population (personnes âgées, femmes, jeunes, chômeurs..), des « handicapés sociaux » du transport individuel. Un peu comme il y a les sans-papiers, les sans-abris, les sans-emploi, il y a aussi les sans-voiture. Ce sont eux les garants de ce « bonne voyaj d'imaginaire créole ». Ils sont les acteurs et les témoins de ces traversées en aller-retour de nos vécus d'hier et d'aujourd'hui

  • ?Toutes les musiques créoles sont filles de l´Histoire, de notre histoire, celle des enfants de l´esclavage sur le sol américain. Comme les langues créoles, les musiques et danses traditionnelles sont au carrefour des cultures africaines et occidentales. Elles sont, comme nous, un produit de l´Histoire et véhiculent des symboles, des codes sociaux qui échappent certainement aux non-initiés et qui échapperont peut-être aux enfants de demain.


    Ce livre a pour vocation de sauvegarder et de faire découvrir un aspect essentiel de la culture créole : les rythmes et musiques au tambour (comme le kasékò, le léròl, le grajé ou encore le labasyou), les chansons traditionnelles les plus connues ainsi que les danses et costumes créoles.


    /> Ce livre s´adresse à tous ceux qui désirent découvrir l´âme de la culture antillo-guyanaise, à ceux qui souhaitent préserver les traditions de leurs aïeux, et à ceux qui veulent enseigner les musiques et danses créoles au tambour.

  • Le premier volume du cycle Lémistè, sous-titré « Liber America », était une approche par la parole de l'univers culturel et langagier du monde amérindien, à travers le choc entre les cultures européenne, africaine et caraïbe, qui se traduisit notamment, du point de vue de la langue et donc de la littérature, par l'invention à travers le créole d'une langue particulièrement sensuelle. Dans le présent volume, Partition noire et bleue , Monchoachi explore, à sa manière, le continent africain, sa puissance symbolique, son énergique vitalité - manière d'axis mundi idéal de la tradition créole, quête de l'harmonie universelle, aussi bien que « force de fermentation du monde des commencements » (Richard Blin à propos de Lémistè). La grande originalité de la prosodie ce livre, - où l'incantation la plus mystérieuse et la réalité langagière la plus immédiate et triviale répondent par la parole poétique au génie tragique de l'Afrique, - est de métaphoriser par une langue particulièrement riche et parleuse ses rites, ses masques, toute cette force merveilleuse qui « consiste à être relié par toutes les fibres du corps aux puissances de l'univers ». Monchoachi magnifie le Continent noir et ses riches cosmogonies face à l'emprise étouffante et froide de « la rationalité rapetissante, standardisante, nivelante, le fatalisme morne généré par un culte obtus rendu à l'évolutionnisme ».
    On peut dire, à propos de Partition noire et bleue, ce qu'Yves Bergeret écrivait au sujet de Lémistè : « Par un travail gigantesque d'immersion de l'auteur et de collecte extrêmement patiente dans les îles ce livre réunit une somme considérable de documents populaires oraux et gestuels. Non il n'est pas seulement cela. Il est magnifique par sa dignité éthique, qui, tout en donnant enfin à entendre la voix multiple et habituellement étouffée des peuples des Antilles, montre magistralement que dans cet archipel la modernité universelle se cherche et se joue d'une manière profondément originale par précisément cette polyphonie turbulente de la pensée symbolique ».
    Le grande originalité de cette prosodie où l'incantation, la plus mystérieuse et la réalité langagière la plus immédiate et triviale aux rites, aux masques, aux éléments, cosmogonie

  • Germain, étudiant en pharmacie de vingt-cinq ans, rentre de métropole pour aider son père dans l'organisation d'élections aux Antilles. Un scandale à l'étranger secoue le monde politique. L'atmosphère tendue, le parti risque sérieusement de s'affaiblir. A son retour, Germain retrouve Estelle, dont il est amoureux depuis le lycée. Saura-t-il conquérir son coeur avant de repartir en métropole pour achever ses études ?

empty